Auriez-vous participé au Jihad Butlérien ?

Thinking machineby hrlfg on DeviantArt under CC Attribution-No Derivative Works 3.0 License

Jihad Butlérien (voir aussi Grande Révolte) : croisade lancée contre les ordinateurs, les machines pensantes et les robots conscients en 201 avant la Guilde et qui prit fin en 108. Son principal commandement figure dans la Bible C. O. : « Tu ne feras point de machine à l’esprit de l’homme semblable. »
~ Lexique de l’Imperium

Le concept et l’existence du Jihad Butlérien s’imposent au lecteur comme étant un élément fondateur du Dunivers dès le premier chapitre de Dune, juste après avoir survécu au Gom Jabbar de la Révérende Mère Gaïus Helen Mohiam. Dans le face-à-face d’ouverture, des indices sont donnés au lecteur pour qu’il comprenne que dans cet univers, l’humanité s’est affranchie de certaines technologies cognitives qui étaient utilisées comme instrument de domination d’un certain groupe sur un autre. Aussi, de manière toute aussi intéressante, sa mention disparaît du premier roman, sinon du Lexique et appendices, pour être davantage approfondi et mis en perspective dans les volumes ultérieurs – avant d’être complétement éventé dans les pré/inter/sé-quelles.

«Pourquoi cherchez-vous les humains ?» demanda-t-il.
«Pour te libérer.»
«Me libérer ?»
«Les hommes ont autrefois confié la pensée aux machines dans l’espoir de se libérer ainsi. Mais cela permit seulement à d’autres hommes de les réduire en esclavage, avec l’aide des machines.»
«Tu ne feras point de machine à l’esprit de l’homme semblable», cita Paul.
«Oui, c’est ce que disent le Jihad Butlérien et la Bible Catholique Orange. Mais l’un comme l’autre devraient dire en vérité : Tu ne feras point de machine qui contrefasse l’esprit humain. As-tu étudié le Mentat de votre Maison ?»
«J’ai étudié avec Thufir Hawat.»
«La Grande Révolte nous a débarrassés de nos béquilles en obligeant l’esprit humain à se développer. On créa alors des écoles afin d’accroître les talents humains.
~ Dune, chapitre 1

Dans le Messie de Dune ou l’Empereur-Dieu de Dune, davantage de précisions viendront compléter la compréhension de ce que le Jihad Butlérien a provoqué, avec ses interdits envers les technologies qui visent à reproduire l’esprit humain et celles de reproductions assistées. Mais très peu sur ce par quoi il a été provoqué: si son caractère religieux semble acquis, sa cible reste ambigüe: les machines elles-mêmes ou ceux qui les emploient ? C’est Leto II et sa mémoire collective ancestrale qui vient éclairer la chose.

«Je ne comprends pas, Mon Seigneur, votre allusion au Jihad Butlérien. Les machines qui pensent n’ont pas leur place dans…»
«La cible du Jihad était une attitude favorable aux machines, autant que les machines elles-mêmes. Les humains avaient mis dans ces machines de quoi usurper notre sens du beau, notre indispensable individualité qui est à la base de nos jugements vivants. Naturellement, les machines ont été détruites.»
~ L’empereur-dieu de Dune, chapitre 34

Dune DVD TV Edition Prologue – Butlerian Jihad

Cette Grande Révolte semble donc avoir opposée des dominés et des dominants autour de l’emploi de machines pensantes comme instrument de domination. Le et Comment étant laissés au bon soin de l’imagination du lecteur. C’est dans cette brèche que le Dr. Willis E. McNelly – le premier – s’engouffra avec cette passion et ce sérieux dont un article précédent témoignait: dans la ‘Dune Encyclopedia‘ figurent deux entrées qui traitent directement du Jihad Butlérien: un article [JIHAD BUTLERIEN (‘LA GRANDE REVOLTE’) ; ses causes et effets] et un article [BUTLER, JEHANNE, (Et le déroulement du Jihad Butlérien)]. Ces articles vont bien au-delà de ce que suggère le texte de Frank Herbert en ‘patronymisant‘ le Jihad à une certaine Jehanne Butler et en se focalisant sur un conflit homme contre machine. Et certainement, le Dr. Willis E. McNelly aurait souhaité aller plus loin lors qu’il annonce avoir proposé à Frank Herbert de co-rédiger un roman du Jihad Butlérien1, soufflant ainsi la primeur deux décennies plus tôt à Kevin J. Anderson et Brian Herbert. Ces deux derniers publieront trois bouquins sur le sujet, dont certains éléments sont largement inspirés d’une œuvre dont le principal créateur fut opportunément amener à en renier la légitime place dans le corps du Dunivers2

Si Butler devient le patronyme d’un personnage in Universe, cela n’est pas du fait de l’auteur principal qui reste muet sur la question. Pour avoir une idée de ce à quoi ou qui Butler fait référence, il faut regarder ex Universe comme le suggère une discussion du forum sur le même sujet3 qui amena la communauté à un bel exercice de recherche et d’imagination. Et c’est lors d’une interview constructive avec Gérard Klein4 que la puce saute à l’oreille, ce malgré le laconisme de la réponse qui suggérait quelques recherches pour en comprendre l’inspiration. La mention de l’auteur Samuel Butler était déjà faite dans le fils de discussion sus-nommé sur la base d’une référence à travail d’universitaire5, mais qui manquait lui aussi de motivations, et pour confirmer l’intuition il faut aller sur la page anglophone de Wikipédia et du WikiDune6

Samuel Butler, by Charles Gogin, given to the National Portrait Gallery, London in 1911

C’est une de ses œuvres qui certainement peut justifier le choix de rapprocher la patronyme du Jihad à cet auteur du 19e, Samuel Butler (1835-1902) qui à la manière de Jonathan Swift rédigea un pamphlet sur la société Victorienne en situant un voyage dans un pays imaginaire, Erewhon7 . Publié en 1872, cet ouvrage décrit un peuple qui s’affranchit de la tutelle des machines devenues, par similitude au processus d’évolution que Charles Darwin venait présenter, trop évoluées et conscientes, et dominatrices. Le livre contient trois chapitres (23-24-25) qui ensemble forment le dit « Book of the Machines » et discutent du danger que des technologies dans leur évolution récente peuvent signifier pour les humains dans un futur proche (dans un contexte contemporain à l’auteur). Le caractère relatif au luddisme se retrouve aussi dans des articles qu’il fit publier dans la presse et n’est pas étranger à ce qui s’observe dans la société de son temps; l’introduction nouvelle et massive de technologie de nature radicalement différente ne provoque pas que l’enthousiasme de ceux qui en profitent mais soulève les craintes de ceux qui s’en considèrent être les victimes. La nouveauté et le changement ont toujours suscité des phénomènes de rejets se cristallisant sur la perte de points de repères, d’habitudes, de positions.

Day by day, however, the machines are gaining ground upon us; day by day we are becoming more subservient to them; more men are daily bound down as slaves to tend them, more men are daily devoting the energies of their whole lives to the development of mechanical life. The upshot is simply a question of time, but that the time will come when the machines will hold the real supremacy over the world and its inhabitants is what no person of a truly philosophic mind can for a moment question.
~ Darwin among the Machines – 13 June, 1863.

Pour comprendre la pensée de l’auteur satirique, le lecteur pourra se référer aux pages Wikipédia ou aux textes directement. La pensée de Butler sur ce propos peut se résumer en ce qu’il transfigure sur les machines le raisonnement proposé par Darwin sur l’évolution des espèces, et en tire une réflexion sur la relation qui peut exister entre homme et outils. La lecture permettra de renforcer l’hypothèse comme quoi, le Jihad Butlérien tirerait son nom, ex Universe, de Samuel Butler, auteur de Erewhon, qui imagina une société qui se libéra de du risque d’une oppression de par les machines pensantes. Il est raisonnable de penser que Herbert ait pu choisir ce nom par association et littéraire et thématique.

Cette référence au luddisme apparent plus que réel de Samuel Butler cependant ne doit pas donner l’impression que Frank Herbert considère le luddisme comme une solution, mais bien comme un élément de réflexion dans la relation homme – machine. Il ne s’oppose pas aux intelligences artificielles ou aux ordinateurs, il les posent comme problématiques. La maîtrise de ce sujet complexe et naissant dans les années 60-70, il la démontrent dans son œuvre de fiction comme le cycle du Programme Conscience, mais aussi dans des œuvres non-fictionnelles comme dans un manuel d’informatique8 dans lequel il entretient son message: les machines ne sont que des outils, c’est aux hommes de penser et d’actionner les futurs potentiels.

Out of this came the concept of artificial intelligence and the other anthropomorphic forms now commonly used to describe computer performance.
We suggest that you must impose clearly unrealistic limits on your own abilities before you can make such comparisons. The machine does not understand. It cannot know or plan. It has no judgment that you can trust to look out for your best interests. The machine has no such interests.
~ Without Me You’re Nothing, Appendice B: Computers Are Not People, p.214

 

 

1 Message de Willis E. McNelly sur alt.fan.dune – 21/12/1999
2 Co-déclaration de non-canonicité de la ‘Dune Encyclopedia’ dans le corpus du Dunivers – 15/06/2008
3 L’univers de Dune > Cycle de Dune par Frank Herbert > Jihad Butlérien
4 Les Ateliers de la Communauté > Entretien avec Gérard Klein > [G.K.] L’Entretien (version intégrale)
5 Figures de l’historien dans le cycle de Dune de Frank Herbert, par Benoît Rossignol
6 articles Butlerian Jihad sur Wikipedia et DuneWikia
7 Erewhon; Or, Over the Range by Samuel Butler est disponible sur le site du Project Gutemberg en différent formats
8 Without Me You’re Nothing, 1980, by Frank Herbert and Max Barnard, ISBN 0-671-41287-6

À propos de ionah

Administrateur de DAR, ionah is a monkey - but that's ok.
Ce contenu a été publié dans Dune, Prospective, Roman, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Auriez-vous participé au Jihad Butlérien ?

  1. Anudar dit :

    Alors ça c’est un bel article, qui se conclut d’une façon très originale sur une oeuvre de non-fiction du Maître. De belles idées sur lesquelles réfléchir et re-lancer notre discussion sur la post-humanité dans « Dune »…

  2. Il Barone dit :

    Quand on pense au Jihad Butlerien on pense à l’éternel combat de l’homme face à la machine, en ces temps moderne ou Charlot deviens le serviteur de la machine qui lui a pris son travail, ainsi qu’au bon vieux robot inquiétant qui essaye de précipiter l’homme dans le gouffre d’obsolescence de la destruction créatrice (Bref Metropolis ou Frankeinstein au choix).

    Pourtant Frank Herbert parle peu de moyen de coercition mécanique ou technologique et plus d’esprit (si ce n’est d’âme).

    Soudain dans mon esprit deux questions se posent :
    • Et si la machine décrite par Frank Herbert était en fait maîtrisée à 100% par l’homme ?
    • Comment dans ce cas le conflit à t’il été résolu ?

    Le « machines qui pensent » ne sont-elles pas simplement le réceptacle de la psyché humaine ? Des esprits humains numérisés à l’existence prise en charge et rallongée par les machines, aux capacités cognitives augmentées par une béquille technologique.

    Plusieurs générations de vieux barbons empêchant leurs descendant de conduire l’humanité vers le changement. S’accrochant au passé, à leurs biens, sans jamais vouloir partager leur richesse ou leur pouvoir (qui a parlé de la reine d’Angleterre ?).

    Ce serait la raison qui aurait précipité l’humanité vers un retour en arrière salvateur (ce retour à une structure sociale médiévale a bien une raison). Le retour vers une époque ou seul l’humain est le détenteur naturel de l’esprit (de l’étincelle de la vie).

    Un retour en arrière gagné grâce à l’épice qui remplace la béquille technologique par une béquille chimique et biologique.

    La victoire des fils de l’humanité serait due à un avantage stratégique basé sur leur capacité à susciter un retour en arrière phénoménal (Et à leur nombre. La cohérence des détail physique de chaque famille noble (dirigeants et population) n’est surement pas du au hasard (du type qui se ressemble s’assemble))

    Le jihad Butlerien a été gagné grâce à un contrôle génétique évolué et à l’épice. Bref à une stratégie qui correspondrait bien au peuple des Erewhon décris par Samuel Butler.

    Malheureusement en gagnant cette guerre l’humanité a renoncé également au facteurs lui permettant d’évoluer vers une « post-humanité » et se retrouve coincée dans des ornières datant de l’antiquité (Aristote a t’il encore frappé ^^).

    Ce n’est pas pour rien que la famille d’Atrée (fondateur des Atrides) et citée dans les romans de Frank. On sait comment les conséquences du Jihad ont étés réglés des millénaires plus tard par les Atréides.

    Bon sérieusement c’est peut-être un délire personnel, mais cela me donne bigrement envie d’écrire une petite pré-quelle à Dune digne de ce nom.

  3. ionah dit :

    Quelques éléments complémentaires sur Samuel Butler, son œuvre et la relation à Frank Herbert à voir sur le Forum
    >> http://forum.dune-sf.fr/index.php?topic=2249.msg65375#msg65375

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*