Dune au Cinéma : Le Dormeur doit se Réveiller ! [1]

Long history of interest in DUNE as a film property, going back to 70s with ApJac, Seydoux, + then De Laurentiis-Universal [1984 movie]. Then ABC-New Amsterdam [2000 TV], followed by Paramount option in mid-2000s. All to culminate w/ definitive movie version of DUNE by Legendary.

Brian Herbert sur Twitter

img_center

Depuis 2007, l’attente d’un nouveau film de Dune se faisait pressante, et sa réalisation faisait l’effet d’un serpent de mer. Avec la vrai-fausse lancée de Peter Berg suivit du pétard mouillé de Pierre Morel comme directeurs de ce Dune avorté – presque encore plus en amont que celui de A. Jodorowsky – ce fut comme une douche froide caladéenne[1] pour la communauté des fan de Dune. Mais, depuis 2016, l’espoir renaît…

Il est temps de revenir un peu en arrière. De presque 20 ans. Il faut en effet remonter à 1999 pour se voir offrir une version filmée de Dune, et encore juste pour les petits écrans : version sous forme d’une minisérie proposée aux fans par la chaîne de télévision SyFy (alors nommée Sci-Fi) – et ceci donc peu de temps avant la publication des ‘nouveaux’ Dune par Brian Herbert et Kevin J. Anderson. Depuis le Dune de David Lynch, les amateurs d’images filmées n’avaient rien eu à se mettre sous la dent – enfin les yeux – et malheureusement, l’enthousiasme du public n’avait pas permis de transformer l’essai en succès. Si l’ambition de coller davantage au texte et de couvrir l’histoire jusqu’au terme de la première Trilogie de Dune (c’est-à-dire jusqu’à la fin des Enfants de Dune, avec la deuxième partie de la minisérie diffusée en 2003) est là, les moyens techniques pas tout à fait à la hauteur de l’ambition n’emballent pas. Pour meilleure preuve, on pourrait s’appuyer sur l’étude des productions du fan-art de Dune: encore aujourd’hui, c’est essentiellement celui de David Lynch qui continue de faire remuer les crayons.

img_right

C’est entre 2007 et 2010 que les ayants-droits de Dune jouent une fois de plus avec les nerfs du public. À cette époque, Brian Herbert et Kevin J. Anderson ont réussit à se sortir du conflit qui oppose les fans tenants de l’Hexalogie originale – auto-déclarés Herbertariens Orthodoxes et re-qualifiés de Talifans par les continuateurs de l’oeuvre de Frank Herbert – à ceux nouvellement acquis à cette nouvelle littérature dite NuDune voire McDune[2]. Le combat fut rude et les lectures parfois indigestes, mais la licence fut la plus forte: les titres existent et sont donc constitutifs du Dunivers – pour le moins celui dit Étendu. En effet, depuis 2000, à eux deux, ils ont écrit et publié 2 Trilogies dont les événements se situent avant l’Hexalogie et un roman en deux tomes qui clôture le cycle de Frank Herbert – le fameux Dune 7 dont la rédaction reposerait sur la découverte tardive dans un coffre de banque de ‘notes secrètes’ présentées comme étant de la main même du père Herbert. Notes dont l’essence parfumerait non seulement le Dune 7 mais également la proto-version de Dune publiée dans le recueil « the Road to Dune ». Personne d’autre n’ayant jamais eu accès à ces notes, certains imaginent quelque tromperie – mais toujours est-il qu’en 2007, le Cycle est d’une certaine façon bouclé, puisque son roman final est déclaré publié.

C’est alors qu’est annoncée la préparation d’un film Dune. En Octobre 2007, le site officiel Dune Novels[3] déclare que les Studios Paramount confiaient le projet à Peter Berg en tant que Directeur. Pour ce film annoncé pour 2012, les studios prévoient un budget de 145-175M$ et quelques surprises dans l’équipe de production: en effet on y retrouve Richard Rubenstein, John Harrison et Mike Messina qui œuvraient déjà à la production des mini-séries de 1999-2003, et surtout en tant que co-producteurs on voit apparaître les noms de Brian Herbert et de Kevin J. Anderson. Dès Octobre 2009 toutefois, première déconvenue : Peter Berg « jette l’éponge » au bénéfice d’un autre film – Battleship[4] – de SF lui aussi qui sortira en 2012. Un script de 175 pages pour le film était déjà avancé par Josh Zetumer : la Paramount doit dénicher un remplaçant pour une désaffection qui reste encore mystérieuse.

img_left

En Janvier 2010, Pierre Morel est annoncé pour reprendre le flambeau, mais en Novembre de la même année il se retire du poste de Directeur pour conserver celui de Producteur Délégué. Pour la Paramount, les aiguilles de la pendule se rapprochent bien trop près de la fin de la période que les droits négociés avec les ayant-droits – la Herbert Limited Properties dont Brian Herbert est un actionnaire et la compagnie ABC – lui concèdent: au printemps 2011, la production doit avoir commencé, faute de quoi, il faut prolonger la période des droits négociés – ce à quoi les parties prenantes ne sembleraient pas être intéressées malgré les nombreux coûts déjà engagés dans la négociation des droits (un nombre à 6 chiffres) et de la pré-production (plusieurs dizaines de millions de dollars ?). En Mars 2011, le public apprend que le projet n’ira pas plus loin. Le script avait été poursuivi par Chase Palmer et semblait plaire au producteur selon la presse spécialisée, mais aucune unanimité ne se serait dégagée pour trouver un directeur.

Quelque part, ces 4 années d’attente pour les Fans qui n’auront rien pu voir du film qu’une série de planches par Mark ‘Jock’ Simpson[5] sont une grosse déception. Pour les ayant-droits par contre, ce fut peut-être une expérience enrichissante. Brian Herbert, même s’il a attendu une quinzaine d’année, est à l’oeuvre depuis longtemps pour tirer parti de l’héritage littéraire de son père, et remettre Dune à l’écran ne serait vraisemblablement pas son seul objectif, mais un élément clé de ce qu’il espérerait faire du Dunivers: une franchise fructueuse – ce que les de Laurentiis n’ont pas réussi à faire[7]. Pour qui suit le fil Twitter de @DuneAuthor (Brian Herbert), il sera facile de lire que le « fils numéro un » – le surnom que lui donnait semble-t-il Frank Herbert[6] – serait en discussion pour d’autres projets duniens sur d’autres supports[8]. Bénéficier d’un film qui cartonne au Box Office serait une condition, un argument et un facteur de réussite pour bien d’autres projets.

img_right

En récupérant les droits pour Dune, en ayant augmenté le Dunivers de ses écrits, Brian Herbert a certainement assis sa position lui permettant de trouver et de négocier les conditions avec le prochain investisseur. Les deux co-auteurs ont fourni la démonstration que Dune reste un produit vendeur. Et certainement, d’autres désirent aussi participer à un ou plusieurs films qui s’inscriraient dans ce filon : Brian Herbert s’en vantait presque dans un tweet encore récent…

After the film rights reverted to us, we did not have to knock on doors to pitch DUNE as a movie. The word got out around Hollywood that we had the rights, + we were contacted by many major studios wanting to make a new movie. We decided to go with Legendary . . . a good decision

Brian Herbert sur Twitter

2016 devient donc l’année du nouvel espoir pour une adaptation de Dune au cinéma. Pour autant, la réjouissance des fans devait-elle être inconditionnelle ?

~~~

[à suivre]


[1] Parce que Caladan, c’est l’Écosse du Dunivers.
[2] Pour ceux qui ne se souviennent plus de cette époque dun-épique , voir le bog de Matt Williams
[3] Depuis, le post original a disparu, il faut en retrouver les annonces chez des tiers… -> Dune : un nouveau film en préparation
[4]Bataille Navale en VF, un film crédité d’un très mauvais score sur Roten Tomatoes…
-> Battleship is too loud, poorly written, and formulaic to justify its expense
[5] allez donc les voir ici -> Peter Berg’s Unfilmed Dune Concept Art
[6] Comme papa Herbert aimait appeler son fiston -> Dad called me « Number One Son » …
[7] avec la gamme de jouets LJN et les cahiers à colorier pas pour enfants… Figurines d’Action LJN | Franchised Goodies
[8] Comme une plateforme multi-joueur en VR et AR à en croire un certain Tweet -> we’re already in contact w/ others about this…


Illustrations:
[1] Dune – Spice Worm, par Mark « Jock » Simpson
[2] Fey-Rautha – Dune sketch cards, par Tim Shinn
[3] Paul Muad’Dib – Dune sketch cards, par Tim Shinn
[4] Baron Harkonnen – Dune sketch cards, par Tim Shinn


A propos ionah

Administrateur de DAR, ionah is a monkey - but that's ok.
Ce contenu a été publié dans Actualité, Cinéma, Dune, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.